PSG : Antero Henrique pointe du doigt pour sa gestion de la fin du mercato

Malgré une amincissement XXL, le Paris Saint-Germain n’a pas atteint ses objectifs financiers pour ce mercato estival. Un homme s’est également retrouvé dans l’œil du cyclone ces derniers jours dans la capitale : Antero Henrique.

Un mercato mitigé pour Antero Henrique.

150 millions d’euros. Le Paris Saint-Germain souhaitait récupérer cette somme sur ce mercato estival. Enfin, c’est le troisième qui a été encaissé avec les ventes sèches d’Arnaud Kalimuendo (20 M€), Thilo Kehrer (12 M€), Alphonse Areola (9,3 M€), Thierno Chauve (3 M€), Idrissa Gueye (€ 2M) et Marcin Bulka (2M€). Alors que l’effectif a été largement pur, avec 20 départs, les dirigeants ne sont pas totalement satisfaits du travail réalisé par Antero Henrique.

Des salaires en partie payés par le PSG

L’ancien directeur sportif, chargé des ventes pour obtenir les fonds nécessaires à la réalisation de certains transferts finalement avortés (Skriniar, Bernardo Silva, Tchouamni, Lewandowski), est pointé du doigt en interne, indique L’Equipe. En effet, on reproche au Portugais une gestion trop superflue des dossiers avec de nombreux départs qui n’ont rien à signaler dans l’immédiat. Les prêts, par exemple, ne permettront qu’une épargne partielle. Julian Draxler, dont le prêt sans option d’achat de Benfica rapportera 2,5 millions d’euros, est toujours payé à 80% par le club parisien. Pour Layvin Kurzawa et Georginio Wijnaldum, respectivement prêtés à Fulham et Roma, les salaires sont payés à 60% et 40%. Ander Herrera, temporairement transféré à l’Athletic Bilbao, n’a pas renoncé à sa prime à la signature négociée à son arrivée en 2019.

Pourrait-il en être autrement avec des contrats fabuleux, pour la plupart signés par Leonardo ? La mission était en tout cas périlleuse et le dirigeant lusitanien a dû trouver une parade d’urgence face aux joueurs qui ne voulaient pas faire de grosses concessions. Il peut toujours se vanter d’avoir négocié des options d’achat plus ou moins intéressantes pour certains indésirables. Leandro Paredes, parti tenter sa chance avec la Juventus, pourrait gagner jusqu’à 25,6 millions d’euros s’il répond à certains critères. Abdou Diallo, dont le prêt à Leipzig lui a déjà permis de récolter 2 millions d’euros, dispose d’une clause de départ ferme de 25 millions d’euros. Wijnaldum, 8 millions d’euros, la ric-Junior Dina Ebimbe (Francfort), 6 millions d’euros et le douard Michut (Sunderland), 6 millions d’euros, peuvent aussi gonfler les caisses parisiennes.

Les affaires Navas et Soler

Néanmoins, d’autres problèmes ont accentué les tensions entre Henrique et son compatriote, Luis Campos. Le cas de Keylor Navas est symptomatique. Alors qu’il avait un accord avec Naples pour un contrat de trois ans, le gardien costaricien avait accepté une baisse de salaire (de 10 M€ à 8,5 M€) à condition qu’il ne dépasse pas le million sur un an. . Pour parfaire son départ, le dirigeant n’a eu qu’à lui octroyer les 500 000 euros pour combler la différence. Une demande refusée par Henrique, qui a prévenu Campos de ne garder le gardien passé par le Real Madrid que le 1er septembre, jour de fermeture du marché. Un gros salaire à payer et surtout une cohabitation difficile à gérer pour Christophe Galtier, le calcul effectué par l’homme d’affaires a été contre-productif à tous les niveaux.

Autre anecdote rapportée par L’Equipe, le manque de communication sur le dossier Carlos Soler. Pour tenter d’attirer le milieu de terrain espagnol, Campos a fait une première offre de 18 millions d’euros avec des bonus. Avant même la réponse de Valence, Henrique a également soumis une proposition au capitaine du club sous la forme d’un prêt avec option d’achat. Une offensive qui a surpris les dirigeants espagnols, finalement convaincus par une troisième offre… semblable à la première. Une situation saugrenue qui montre comment les deux hommes n’ont pas réussi à accorder leurs violons tout au long de cette période. Reste à savoir si tous les choix faits par Henrique porteront leurs fruits dans les mois à venir.

Que pensez-vous de la gestion par Antero Henrique du mercato parisien ? N’hésitez pas à réagir et à discuter dans la région ajouter un commentaire

Leave a Reply

Your email address will not be published.