Toulouse : 25 000 festivaliers éblouis par la première soirée du Rose Festival

l’essentiel
La Fête de la Rose a décliné hier après-midi et en soirée au MEETT une programmation efficace, éclectique qui a tout chamboulé sur son passage. Première journée réussie pour l’événement imaginé par Bigflo & Oli avec Bleu Citron et La Dépêche du Midi.

“Ça va beaucoup trop vite (1), non” ? Comme une séquence de vie accélérée, l’après-midi s’est écoulée à la Fête des Roses, sur le parvis du MEETT, et il est déjà 21 heures pour le plateau de Bigflo & Oli, les deux enfants du quartier qui ont inventé l’événement. qui réunit 25 000 spectateurs le premier soir et tout autant ce samedi 2 septembre.

Depuis 16h30, le public joue au jeu du dress code rose. Il déboule dans ce nouveau royaume étonnant planté à deux pas du centre de la Ville Rose, affublé de perruques, jupes, tee-shirts, casquettes et autres fantasmes vestimentaires poilus !

A lire aussi :
Rose Festival : IAM, Laylow, Good hearer… découvrez les artistes à l’affiche ce samedi

vent libérateur

Et depuis, l’énergie qui se déverse dans cette arène souffle un vent libérateur sur cette jeunesse venue en grand nombre. La météo a cessé d’énerver l’équipe d’organisation et les deux garçons, alors tout est au top pour un moment de fête tant attendu.

L’organisation, l’impressionnant barnum mis en place, les sourires, l’énergie des équipes, des bénévoles : tout est posé mais tout s’invente aussi sous nos yeux en ce premier jour de festival. Les bars s’animent, les food trucks chauffent les fourneaux, les techniciens font les derniers réglages et voici que le premier artiste arrive sur scène. La performance de Zinée, la jeune Toulousaine d’à peine 25 printemps, plante instantanément le décor.

Celle qui a fait sensation lors des dernières Transmusicales de Rennes revient au pays et elle en est ravie. Les deux scènes situées face à face sur l’immense parvis de la place permettent une simple gymnastique de va-et-vient pour tirer le meilleur parti des performances des artistes. Soudain, l’accent claque, les voix portent, les deux visages joyeux de Mouss & Hakim apparaissent sur les grands écrans, et la musique donne.

Les frères rappeurs ont vécu un grand moment de bonheur sur scène avec leur public.
DDM, Laurent Dard

A lire aussi :
Ouverture du Rose Festival à Toulouse : Bigflo & Oli annoncent trois jours de concerts l’année prochaine

” Tomber la chemise “

Puis, sur les notes de “Tomber la chemise”, les garçons partent mais le moteur n’est pas rouillé, la science du contact avec le public est intacte. Alors voici L’Impératrice qui déroule un set efficace peaufiné lors de ces dernières dates, notamment aux Etats-Unis avec un franc succès (idem pour les amis de Polo & Pan qui feront encore battre les coeurs vers minuit quand l’ambiance est encore plus échauffée… ) et un véritable échange avec un public de plus en plus réceptif.

marée humaine

Une foule, majoritairement jeune, complètement fan.

Une foule, majoritairement jeune, complètement fan.
DDM, Laurent Dard

Changement de décor, l’univers de Ben Mazué enchante les fans et ne laisse personne indifférent. Après avoir marché pour trouver l’inspiration, pour concocter sa petite musique bien construite, il occupe aussi très bien l’espace scénique pour un concert enthousiasmant qui a dû conquérir bien des cœurs et des tympans. Et puis le feu est arrivé ! Attention, pas de feu, pas de pompiers, pas de Canadairs à l’horizon, non, l’énergie brute du groupe Deluxe a pris le pas sur l’espace, le temps, les yeux, les oreilles. Et c’est en terminant avec leur désormais classique « Moustache Gracias » qu’ils ont laissé le public envoûté et envoûté après avoir dansé, sauté, agité les bras dans une immense marée humaine très impressionnante. Puis ILS sont arrivés, émus et enflammés, sur les notes de “The Life After” (2) pour chanter “I promise, I promise I’m still with you…” Et là, la folie…

A lire aussi :
Rose Festival : programmation, parking, accès… tout savoir sur la manifestation musicale qui démarre cet après-midi à Toulouse

(1) et (2) Titres tirés du dernier album « Les autres c’est nous » (Polydor/Universal).

Leave a Reply

Your email address will not be published.