Une baleine de 20 tonnes échouée sur l’île de Sein : ce que l’on sait

Une baleine d’environ 15 à 20 mètres et pesant environ 20 tonnes a été retrouvée morte sur l’île de Sein ce vendredi 2 septembre. Les hypothèses de sa mort, ce qu’il deviendra : un expert du parc marin d’Iroise répond à nos questions.

Le cétacé mesurant entre 15 et 20 mètres a été retrouvé mort sur l’île de Sein, plus précisément sur la petite île de Kélaourou. Cette petite île inhabitée, accessible à pied depuis l’île de Sein, est située en mer d’Iroise au large de Plogoff.

« Depuis plusieurs jours, nous avons observé plusieurs baleines dans le secteur de l’Ile de Sein, raconte Cécile Gicquel, responsable du patrimoine naturel au Parc naturel marin d’Iroise. “Les animaux étaient en bonne santé, en bonne condition physique et ne présentaient pas de problèmes particuliers”.

“Ces animaux devraient être plus au large” précise Cécile Gicquel qui analyse les raisons de la présence de cétacés autour de l’île de Sein. “Il est probable qu’avec les eaux exceptionnellement plus chaudes depuis cet été, ils auraient pu suivre leur alimentation.”

Selon le spécialiste, la présence de baleines dans cette zone de la mer d’Iroise est relativement peu fréquente.

Une baleine de 20 tonnes échouée sur l’île de Sein : entretien avec Cécile Gicquel



©Benoit Thibaut – France Télévisions

Deux agents du parc naturel d’Iroise sont arrivés sur place ce vendredi soir pour connaître les causes de la mort de l’animal. Pour le moment, le cétacé étant à moitié immergé, l’expertise tarde.

Les agents profiteront de la marée basse ce samedi 3 septembre à 10h10 pour accéder à l’animal.

Selon Cécile Gicquel, deux hypothèses pour la mort du cétacé se dégagent : une maladie ou une collision avec un bateau. “Depuis 2019, 4 baleines se sont échouées dans la zone du parc naturel d’Iroise. Une est décédée de maladie et trois décès sont liés à des collisions avec des bateaux”. Pour le responsable du patrimoine naturel, “l’animal n’est pas en état de décomposition, il sera possible de connaître les causes de sa mort”.

“Il ne faut pas écarter la cause naturelle dans la mort d’un grand mammifère marin” précise dans notre entretien Cécile Gicquel chargée du patrimoine naturel marin au parc marin d’Iroise et à l’office français de la biodiversité.

“La baleine est sur des cailloux et quelques rochers” a observé Jos Neysius, pompier envoyé sur place par Cross Corsen. “Nous avons pu constater qu’il n’y avait aucun blessé apparent, aucune trace de choc” indique le pompier.

“Des moyens lourds seront pris pour remorquer l’animal, le mettre en sécurité et surtout l’évacuer de l’île” assure le pompier présent sur l’île de Sien interrogé par Muriel Le Morvan et Stéphane Soviller.

Interview de Jos Neysius



©Muriel Le Morvan et Stéphane Soviller

“L’animal ne peut pas rester sur l’île de Sein, pour des raisons évidentes de santé publique, ni être rejeté à la mer. Sa taille représenterait un risque important de collision avec des bateaux” explique Cécile Gicquel du Parc marin d’Iroise. .

Pour des raisons sanitaires et pour faciliter les services de la préfecture maritime qui travaillent au remorquage de l’animal vers le continent, la zone d’échouage est actuellement interdite au public par arrêté préfectoral.

Dans la nuit de vendredi à samedi, selon la préfecture, le corps du cétacé s’est déplacé d’une cinquantaine de mètres mais reste difficile d’accès.

Leave a Reply

Your email address will not be published.