Ce qu’il faut retenir du lundi 5 septembre

Le président de la République Emmanuel Macron a affirmé son soutien à l’Ukraine, lors d’une rencontre avec son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky sur la centrale de Zaporijia, lundi 5 septembre, alors que le dernier réacteur en fonctionnement de la centrale a été déconnecté du réseau électrique lundi. Franceinfo revit les temps forts du lundi 5 septembre sur le front de guerre en Ukraine.

Le dernier réacteur opérationnel de la centrale nucléaire de Zaporijia a été déconnecté du réseau

Dernier réacteur en service depuis Centrale nucléaire ukrainienne Lundi, la société d’exploitation publique ukrainienne, Zaporijia, la plus grande d’Europe, a été déconnectée du réseau électrique. Le réacteur 6 a été arrêté et déconnecté du réseau.Energoatom a écrit dans câbleimpliquant un incendie “qui s’est déclaré à cause des bombardements” Une ligne électrique reliant cette unité au réseau ukrainien a été endommagée.

Des six tranches de cette centrale, ce réacteur était le seul en fonctionnement. L’Agence internationale de l’énergie atomique, dont les experts travaillent sur le site, avait déjà annoncé samedi la fermeture du réacteur n°5, en raison de l’endommagement d’une ligne électrique suite à un bombardement. Les quatre autres réacteurs de Zaporijia sont coupés depuis des semaines.

Emmanuel Macron s’est entretenu avec Volodymyr Zelensky à propos de la centrale électrique de Zaporijia

Le président français a réaffirmé lundi “L’urgence de maintenir la sécurité” Les installations nucléaires en Ukraine, lors d’un entretien avec le président Volodymyr Zelensky, ont décrit l’Elysée en détail. “Il a également réaffirmé sa détermination à respecter la souveraineté ukrainienne sur la station.”dit la présidence. comme ils l’ont fait pendant De l’échange le 16 aoûtLes deux dirigeants ont passé en revue la situation de la centrale occupée par les forces russes et dont le dernier réacteur opérationnel a été déconnecté.

Au cours de l’interview, Emmanuel Macron a également déclaré “Il a interrogé le président Zelensky sur ses besoins militaires, humanitaires et économiques”redondant “Le plein soutien de la France au rétablissement des droits les plus élémentaires de l’Ukraine, à commencer par sa souveraineté, sa sécurité et son intégrité territoriale.”Selon l’Elysée.

Nouvelle aide de 500 millions d’euros pour l’Ukraine

Lundi, la Commission européenne et l’Ukraine ont annoncé la signature d’un accord d’aide d’un montant de 500 millions d’euros qui ira au logement et à l’éducation des déplacés ainsi qu’à l’agriculture dans ce pays en guerre. Ce financement a été annoncé par l’exécutif européen en marge du Conseil d’association UE-Ukraine auquel participe le Premier ministre Denis Chmygal et s’inscrit dans le cadre des engagements européens identifiés au printemps.

Denis Schmigal a rencontré le vice-président du HCR, Maros Sefkovic, et a discuté de la question de Durcissement des sanctions contre la Russie et intégration de l’Ukraine dans le marché de l’énergie de l’UE. Il a défendu, sur son compte Telegram, pour Imposer un embargo énergétique complet à la Russie. “Les exportations d’électricité ukrainiennes peuvent remplacer de grandes quantités d’importations de gaz russes”confirmé. “Jusqu’à présent, la capacité commerciale est de 300 MW tandis que notre capacité d’exportation est de 2 000 MW.”.

Une pause pour le référendum sur l’annexion du sud du pays

L’administration d’occupation russe dans la région de Kherson, dans le sud de l’Ukraine, a annoncé aujourd’hui, lundi “prendre du repos” En préparation du référendum sur l’annexion par la Russie de ces territoires, actuellement la cible d’une importante contre-attaque ukrainienne, “En raison de l’actualité”.

Kyiv affirme avoir remporté des succès sur ce front en frappant profondément la logistique de l’armée russe dans la région de Kherson, occupée depuis mars. Moscou, de son côté, assure infliger de lourdes pertes à son adversaire. “Nous étions prêts à voter, nous voulions organiser le référendum très bientôt, mais en raison des événements du moment, je pense que nous allons souffler un peu”Il a été annoncé sur l’antenne de la télévision publique russe Kirill Strimosov, chef adjoint de l’administration régionale d’occupation.

Leave a Reply

Your email address will not be published.