Emmanuel Macron défend son dossier nucléaire et s’en prend à l’actuel PDG d’EDF

Souvent critiqué pour ne pas avoir relancé le nucléaire plus tôt, le chef de l’Etat a défendu son bilan en la matière lors de son allocution de lundi et a jugé les propos de l’actuel PDG d’EDF “inacceptables”.

32 réacteurs sur 56 arrêtés pour des problèmes de maintenance ou de corrosion. En pleine crise énergétique, le risque de pénurie d’électricité nucléaire plane sur la France. Si EDF a confirmé la remise en service cet hiver de 28 de ces réacteurs à l’arrêt, Emmanuel Macron a tenu à défendre son bilan en la matière lors de la conférence qu’il a tenue lundi sur la crise énergétique.

« Lorsque j’étais ministre de l’Économie et de l’Industrie, j’ai montré ma confiance dans le nucléaire à une époque où j’étais plutôt minoritaire, a rappelé le chef de l’État. J’ai agi pour qu’on puisse sauver la filière nucléaire française. de l’opération de sauvetage d’Areva, nous avons unifié la filière. Nous avons sauvé Areva, construit Framatome et aujourd’hui, on peut encore parler du nucléaire français.

Accusé d’imprévoyance, le président assure au contraire que c’est lors de son premier mandat que la confiance dans l’électricité nucléaire a été restaurée.

Elu président de la République, le peuple souverain avait voté une loi qui devait réduire le nucléaire de 50% d’ici 2025, a-t-il rappelé. Quelques mois après mon élection, avec le ministre de la Transition climatique, qui était alors Nicolas Hulot, nous avons poussé à repousser cette échéance de 10 ans et donc dès le départ, nous avons donné de la visibilité à la filière nucléaire.

“Chacun doit prendre ses responsabilités”

Surtout Emmanuel Macron s’en est pris – sans le citer – au patron d’EDF Jean-Bernard Lévy qui a accusé la semaine dernière l’Etat d’être responsable de la situation actuelle.

“Pourquoi n’avons-nous pas assez d’équipes formées ?”, a demandé l’actuel patron d’EDF qui s’apprête à quitter son poste lors de La Ref du Medef. Parce qu’on nous a dit ‘votre parc nucléaire va décliner, préparez-vous à fermer des centrales’ […]. Évidemment, nous n’avons pas embauché des gens pour en construire d’autres”.

“Il est absolument inacceptable que ceux qui avaient la responsabilité des travaux de maintenance de la base installée puissent expliquer aujourd’hui que nous n’avons pas pris nos responsabilités”, s’agace Emmanuel Macron.

Le patron d’EDF dit de son côté qu’il manque de bras pour effectuer des travaux de maintenance ainsi que pour résoudre les problèmes de corrosion des centrales françaises.

« Les gros travaux de carénage ont été décidés et les investissements en formation et pour l’entreprise ont été pris, a insisté Emmanuel Macron. Chacun à sa place doit prendre ses responsabilités. Les travaux d’entretien de la flotte existante ne sont en aucun cas conditionnés à la création de nouvelle centrale nucléaire que j’ai prise à la fin de mon mandat. Qui peut raisonnablement penser qu’un pays disposant d’un tel parc puisse conditionner les travaux de maintenance à la décision de créer de nouveaux réacteurs ?

Le chef de l’Etat a dévoilé en février à Belfort un grand plan de relance du nucléaire français, comprenant la construction de six EPR d’ici 2045.

Leave a Reply

Your email address will not be published.