Instagram écope d’une amende de 405 millions d’euros au nom du droit européen

Le réseau social Instagram, filiale du groupe Meta, la maison mère de Facebook, a écopé d’une amende record de 405 millions d’euros pour des manquements à traiter les données de mineurs, a annoncé lundi le régulateur irlandais, qui agit au nom de l’Union européenne.

« Nous avons adopté notre décision finale vendredi dernier, et elle prévoit une amende de 405 millions d’euros. Les détails seront publiés la semaine prochaine »a déclaré à l’Agence France-Presse (AFP) un représentant de la Commission irlandaise de protection des données (DPC).

Une amende record

La décision est la plus dure imposée par cette autorité depuis 2018, lorsque le règlement général sur la protection des données (RGPD) a donné plus de pouvoir aux régulateurs pour protéger les consommateurs contre la domination de Facebook, Google, Apple et Twitter. La DPC, équivalent de la CNIL française, supervise Facebook pour le compte de l’UE, puisque cette dernière a son siège régional en Irlande.

Lire aussi : Données personnelles : des associations européennes de consommateurs portent plainte contre Google

Le régulateur avait ouvert une enquête fin 2020, pour déterminer si l’application avait mis en place les garde-fous nécessaires pour protéger les données des utilisateurs, notamment s’il s’agit de mineurs, alors qu’il faut avoir au moins 13 ans pour ouvrir un compte. sur Instagram.

La DPC s’inquiétait notamment du fait que les utilisateurs de moins de 18 ans pouvaient trop facilement basculer vers un compte professionnel. Ce type de compte oblige les utilisateurs à rendre publiques leurs coordonnées, ce qui signifie qu’elles sont visibles par tous sur le réseau social.

Le régulateur a également critiqué Instagram pour le contenu des comptes des mineurs étant ouvert par défaut à certains moments à tous les utilisateurs, et non limité aux seuls abonnés approuvés. Un porte-parole de Meta a déclaré aux médias de RTE que le groupe avait l’intention de faire appel, notant que l’enquête s’était penchée sur des paramètres modifiés au cours de l’année écoulée.

Lire aussi : Instagram teste de nouveaux outils pour contrôler l’âge de ses utilisateurs

Le Monde avec AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published.