“Sales chrétiens” : après l’incendie de la mosquée, deux adolescents dénoncent un attentat à Rambouillet

” Mise en garde “. C’est l’attitude adoptée par le diocèse de Versailles, ce lundi soir, après l’interpellation de deux adolescents soupçonnés d’avoir insulté deux jeunes, dimanche soir, à Rambouillet (Yvelines).

Selon une information relayée par CNews, un garçon de 17 ans et une fille de 15 ans ont été insultés par des “sales chrétiens” près de l’église Sainte-Bernadette, située à deux pas de la mosquée qui a brûlé la nuit précédente. .

L’attaque se serait produite vers 21 heures dans le quartier de Louvières. Le garçon et la fille ont été aspergés de gaz lacrymogène par trois individus. Le garçon aurait été battu à plusieurs reprises. Quelques secondes plus tôt, le trio aurait lancé “Sales chrétiens, on va vous tuer”.

La garde à vue des agresseurs présumés a été prolongée

Originaire de Trappes et âgés de 14 et 17 ans, deux suspects ont été interpellés dans la foulée. Leur garde à vue pour “violences volontaires en réunion” et “discrimination religieuse” a été prolongée lundi. Le parquet de Versailles n’établit pas, pour l’heure, “de lien formel” entre cette attaque et l’incendie de la mosquée survenu dans la nuit de vendredi à samedi.

Le diocèse de Versailles ne souhaite pas commenter l’événement à ce stade. “L’enquête est en cours. Il faut donc adopter la plus grande prudence, précise-t-il simplement ce lundi soir. Nous avons de bonnes relations avec la communauté musulmane : il ne faut pas tout gâcher. »

Au cours du week-end, l’évêque de Versailles, Monseigneur Crepy, et le curé de Trappes, avaient également adressé un message de soutien à Rachid Id Salah, président de l’association musulmane de Rambouillet.

Un appel au “calme, au bon sens et à la raison”

Ce lundi soir, le Conseil des institutions musulmanes des Yvelines (CIMY) appelle au “calme, au bon sens et à la raison”.

« Nous sommes encore sous le choc de l’incendie de la mosquée et voilà que ce nouvel événement nous tombe dessus, commente Mourad Dali, porte-parole du CIMY. Bien que nous n’ayons pas encore tous les détails, nous condamnons fermement ce genre de comportement. C’est une attitude inacceptable. Le travail d’échange et de fraternité est trop précieux dans ce département pour le nuire. »

Confiée à la brigade criminelle de la DRPJ de Versailles, l’enquête liée à l’incendie de la mosquée est toujours en cours. Elle n’a donné lieu à aucune arrestation pour le moment.

Leave a Reply

Your email address will not be published.