The Pokémon Company attaque un studio chinois coupable de plagiat

Nouvelles affaires The Pokémon Company attaque un studio chinois coupable de plagiat

En matière de propriété intellectuelle, Nintendo n’est pas du genre à prendre les choses à la légère et on ne compte plus les projets amateurs bloqués suite aux pressions légales imposées par le constructeur. Dans son sillage, la Pokémon Company, qui détient la célèbre licence éponyme, prend également des mesures très fortes lorsqu’elle s’estime victime de vol et de plagiat.

Copier Pokémon, cette mauvaise idée

Attention, qu’on s’entende bien, ce n’est pas le fait de copier le jeu qui est une mauvaise idée, mais plutôt de prendre le risque de côtoyer une telle ambassade de l’industrie du divertissement. Véritable mastodonte, la Pokémon Company n’est pas du genre à prendre les copies de Pokémon à la légère et un studio chinois pourrait bientôt en faire les frais. Très populaire depuis quelques temps, le bien nommé Pocket Monster Reissue, une production mobile, est dans l’œil du cyclone. Toute personne qui pompe ouvertement le concept et le nom de Pokémon (car, à l’origine, Pokémon est principalement Pocket Monster) pourrait avoir de sérieux ennuis dans les semaines à venir.

Pocket Monster Reissue dans la ligne de mire

Si Pokémon est une licence devenue populaire chez nous à la fin des années 1990, il aura fallu attendre 2016 pour que la série, via Pokémon Soleil et Lune, reçoive une adaptation officielle en Chine. A l’aide du carton, plusieurs studios ont imaginé des jeux qui reprennent plus ou moins le concept de la franchise Nintendo et ceux-ci – six au total – sont désormais dans le viseur de la Pokémon Company. Et si Pocket Monster Reissue est la cible principale, c’est que la copie est hallucinante. Quand on regarde les visuels offerts par Eurogameron découvre des copies presque parfaites de certains Pokémon !

Problème, le jeu aurait rapporté plus de… 43 millions de dollars depuis 2015. En conséquence, la société Pokémon vient de saisir la justice et réclame la somme de 72 millions de dollars de dommages et intérêts, ainsi que l’obligation d’excuses publiques sur le les différents supports du jeu (sites web, applications, etc.).

En savoir plus sur l’univers Pokémon

Leave a Reply

Your email address will not be published.