VIDÉO. Humour choc, bugs techniques… la matinée calamiteuse de l’humoriste Alexandra Pizzagali sur Télématin

l’essentiel
L’humoriste Alexandra Pizzagali a fait son retour dans l’émission Télématin sur France 2 lundi. La jeune femme a subi de nombreux problèmes techniques. De plus, de nombreux téléspectateurs se sont dits choqués par son humour.

Première chronique, premières déceptions pour Alexandra Pizzagali. L’humoriste réalisait ce lundi 5 septembre son retour en France, dans l’émission “Télématin”. Cependant, il a été entaché d’une série de bugs techniques. Certaines blagues de la jeune femme ont également choqué les téléspectateurs.

“Bonjour chers téléspectateurs”, commence l’humoriste, face caméra, avant de s’arrêter net dans son discours. Alexandra Pizzagali enchaîne les moments d’hésitation avant de s’exclamer : “J’ai un problème. J’ai un problème avec le prompteur ! Je suis désolée”, a-t-elle dit, expliquant aussi que le prompteur situé sur le plateau n’affichait pas son texte.

L’humoriste entame alors sa chronique dite “connard ou garce de la semaine”. Elle le consacre au terroriste des attentats de Nice (alors que le procès des attentats débute lundi). La jeune femme a ensuite enchaîné les blagues sur la zoophilie, les violences conjugales et le terrorisme. Elle s’apprête alors à lâcher quelques blagues sur Louis de Funès lorsque la chaîne lance soudain une page publicitaire, coupant la jeune femme au milieu de sa chronique. Elle a finalement pu reprendre la parole juste après la pause.

“Tout va bien”

Pourtant, le groupe France Télévisions a présenté lundi ces excuses : « France Télévisions et les équipes de Télématin regrette profondément qu’une chronique à vocation humoristique diffusée ce lundi ait offensé de nombreux téléspectateurs”, a expliqué le groupe à nos confrères de Var Matin. Nous tenons à nous excuser sincèrement et à exprimer toute notre solidarité aux victimes de l’attentat de Nice et à leurs proches” .

De son côté, Alexandra Pizzagali est revenue sur l’incident sur Instagram : “D’accord, on a bien rigolé mais tout va bien. Premier live, problème de prompteur, pris au dépourvu […] qui a causé le retard. Et les annonces étant programmées à la minute près, elles ont été envoyées avant que je puisse finir ma chronique”, expliquant au passage qu’elles ne faisaient l’objet d’aucune censure.

L’humoriste a donné rendez-vous la semaine prochaine aux téléspectateurs pour sa deuxième chronique. Peut-être sans embûches cette fois.

Leave a Reply

Your email address will not be published.