le nombre de morts par suicide en baisse pendant les confinements

Contrairement à ce qu’avait craint une partie du monde médical, la pandémie de coronavirus n’a pas augmenté le nombre de suicides, selon l’observatoire national dédié à l’étude de ce phénomène. A l’exception des jeunes femmes et des adolescentes.

Article écrit par

Publié

Mise à jour

Temps de lecture : 1 minute.

Avec la crise du Covid-19, certains professionnels de santé avaient prédit une “épidémie de suicides” en France. Ce n’est finalement rien. Selon les chiffres de l’Observatoire National du Suicide – eEntre janvier 2020 et avril 2021, 11 200 personnes se sont suicidées. Un nombre légèrement inférieur à la moyenne annuelle observée entre 2015 et 2019.

>> Vaccins Covid-19 : cinq questions sur la nouvelle génération qui cible la variante Omicron

Lors du premier confinement, du 17 mars au 11 mai 2020, le nombre de décès en France a baissé de 20 %, et de 8 % lors du second confinement, du 30 octobre au 15 décembre 2020. Sur ces deux périodes, la part des suicides ont également diminué. Comment l’expliquer ? Selon l’Observatoire du suicide – dont la mission est de produire des chiffres mais aussi de promouvoir la recherche sur ce phénomène – l’angoisse a pu être apaisée par le sentiment que cette épreuve, cette crise, n’était pas individuelle mais collective. . Le système de soins psychiatriques a également su être flexible et les familles ont pu mieux prendre en charge les personnes à risque.

La crise du Covid-19 n’a pas rompu la tendance observée depuis le milieu des années 1980 : la baisse du nombre de personnes mettant fin à leurs jours. En revanche, les tentatives et les suicides continuent d’augmenter dans une catégorie de la population : les adolescentes et les jeunes femmes. Ceci est d’autant plus marqué lorsqu’ils sont issus des milieux les plus pauvres.

Leave a Reply

Your email address will not be published.