presque plus personne ne croit en Paul Pogba

Quelle est la prochaine après cette annonce

Didier Deschamps a raison d’être inquiet. Alors qu’Antoine Griezmann doit se contenter d’un temps de jeu réduit à l’Atlético et que N’Golo Kanté a perdu de sa splendeur, le sélectionneur national doit faire face à un plus gros problème. Hier, Paul Pogba a vécu une journée riche en émotions. Indisponible depuis son retour à la Juventus, le milieu de terrain français avait choisi le repos pour soigner une blessure au ménisque plutôt que de se faire opérer en juillet à Los Angeles, alors que son équipe y jouait sa tournée estivale. Mais hier, il a chaussé ses crampons pour s’entraîner. Un bonheur qui a été de courte durée. En début de soirée, les médias italiens ont tiré la sonnette d’alarme.

De nouveau blessé, le champion du monde français a finalement choisi, avec son club, de se faire opérer. A cet instant, sa participation à la Coupe du monde 2022 ne semblait pas remise en cause, même si des doutes commençaient à poindre, d’autant qu’une indisponibilité de 6 à 8 semaines était évoquée. Plus tard, Massimiliano Allegri s’est présenté dans l’auditorium du Parc des Princes pour la traditionnelle conférence de presse d’avant-match. Et là, ce fut la douche froide.

Il faudrait un miracle…

« Pogba, on le retrouvera en janvier, il faut être réaliste. Il ne reviendra qu’en novembre. J’espère qu’il reviendra avant la Coupe du monde avec nous, mais il reste encore 45 à 50 jours avant le début de la Coupe du monde. Qu’il y joue ou non, ce n’est pas mon problème. » L’entraîneur de la Juventus n’exclut pas de voir son protégé aller en Coupe du monde, mais personne n’est dupe, la tendance aujourd’hui est au pessimisme. Ancien préparateur physique de l’OL et spécialiste de la réathlétisation, Alexandre Marles estime aussi que seul un miracle permettrait à La Pioche de partir au Qatar.

«Il faut six à huit semaines pour revenir sur le terrain. Mais ensuite, vous avez besoin d’une période d’au moins trois semaines avant de jouer à un jeu. Dans douze semaines, si tout va bien, il est là. Pour revenir dans dix semaines, en revanche, il faut presque un miracle, pour que tout se passe parfaitement.il a dit L’équipe. Un constat partagé au sein du staff des Bleus où l’on regrette le choix du joueur qui n’a pas souhaité se faire opérer en juillet. « Paul a fait un pari qu’il a perdu. Ce qui est dommage, ce sont les trois semaines perdues. C’est un battant et il veut encore y croire. Mais on ne va pas se mentir, ça va être compliqué »a déclaré un ami proche des Bleus à Parisien. Le compte à rebours est lancé, mais personne ne semble plus y croire.

Leave a Reply

Your email address will not be published.