Un suspect a été retrouvé mort, l’autre en fuite

Le corps de l’un des suspects des attaques à l’arme blanche qui ont fait dix morts et dix-huit blessés au Canada dimanche a été retrouvé dans l’une des zones où les meurtres ont eu lieu, a annoncé la police lundi 5 septembre.

Alors que les autorités soupçonnaient qu’une fuite s’était produite à Regina, la capitale de la Saskatchewan, à plus de 300 km du lieu du drame, le corps de Damian Sanderson, 31 ans, transportait plusieurs personnes. “blessures visibles”, a été découvert dans la communauté autochtone de la Nation crie de James Smith. C’était Dans une zone herbeuse près d’une maison en cours d’examenLa sous-commissaire de la Gendarmerie royale du Canada, Rhonda Blackmore, a expliqué.

Lire aussi : Au Canada, des attaques au couteau contre des communautés autochtones ont tué dix personnes et deux suspects se sont échappés

Elle a ajouté lors d’une conférence de presse que l’autre suspect, son frère Miles Sanderson, 35 ans, est toujours en liberté et pourrait avoir été infecté. il pourrait avoir ‘Besoin de soins’. “Nous ne pouvons pas dire avec certitude comment Damien est mort, mais il a peut-être été tué par son frère.”elle a ajouté.

Des centaines de policiers

Selon la police, Miles Sanderson représente A “Risque”. “Nous recommandons toujours aux gens d’être vigilants, cela est considéré comme dangereux. Ses actions ont montré qu’il était violent”, a encore expliqué à la police. Miles Sanderson, selon le service de police de Saskatoon, est recherché par les forces de l’ordre depuis mai dernier pour ne pas s’être conformé à sa surveillance judiciaire. Il avait été condamné à près de cinq ans de prison, principalement pour vol.

Des centaines de policiers sont mobilisés depuis dimanche pour retrouver ces hommes soupçonnés d’une série d’agressions inexpliquées. La police a dénombré treize scènes de crime dans des régions reculées du Midwest, y compris la communauté indigène.

Les autorités n’ont divulgué dans l’immédiat aucune information sur les victimes. Mais la majorité d’entre eux sont indigènes. Au Canada, ils représentent environ 5 % de la population du pays – estimée à plus de 38 millions – et vivent dans des communautés souvent ravagées par le chômage et la pauvreté. Selon la police, certaines des victimes ont été ciblées par les suspects et d’autres ont été attaquées au hasard.

Lire aussi Cet article est réservé à nos abonnés Au Canada, l’horreur des pensionnats pour enfants autochtones

La communauté de la nation crie de James Smith, qui compte 2 500 habitants, a déclaré l’état d’urgence local. Le chef de l’Union des nations souveraines, Bobby Cameron, a exprimé ses regrets “La violence indicible qui a coûté la vie à des innocents”. Dans un communiqué, il a imputé les attentats à “Les drogues illicites envahissent nos sociétés”.

Les attentats “sont devenus très courants”, dénonce Trudeau

Au cours des dernières années, le Canada a connu une série d’événements violents rares. Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a déploré lundi que ces types d’attaques meurtrières soient ‘est devenu très populaire’ Dans le pays.

En avril 2020, un tireur s’est fait passer pour un policier, tuant 22 personnes en Nouvelle-Écosse. En janvier 2017, six personnes ont été tuées et cinq blessées dans des attaques contre une mosquée au Québec.

Ce genre de violence n’a pas sa place dans notre pays.Il a appelé les habitants de la province à être vigilants et à coopérer avec la police.

Lire aussi : Cet article est réservé à nos abonnés Les élus du Québec face à un climat de violence politique

De nombreux responsables internationaux ont exprimé leur soutien au Canada après cette tragédie. Le chancelier allemand Olaf Schulz a parlé des attentats “Horrible et dévastateur”Le Premier ministre israélien Yair Lapid a tweeté que son pays se tenait “Ensemble avec les Canadiens face à une telle violence insensée”.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, qui a dit que c’était tellement “terrifié”J’ai promis « Hommage aux victimes » Lorsqu’il a visité Saskatoon dans deux semaines.

Le monde avec l’AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published.