US OPEN – Simple dames – Caroline Garcia, le parcours décisif ? “C’était un match très important”

Quand on demande à Marin Cilic quel a été le moment le plus déterminant de sa victoire en quinze jours à l’US Open en 2014, il n’évoque pas d’abord sa demi-finale fougueuse face à Roger Federer, balayée en trois sets, ni sa finale du même tonneau synonymes. avec sacre contre Kei Nishikori.

Non, le match clé, celui qu’il redoutait le plus, le Croate le place plus tôt dans son tournoi, en 8e de finale. Ce jour-là, de l’autre côté du filet, un certain Gilles Simon. La bête noire de Cilic, encore battue par les Niçois en quatre confrontations. En trouvant enfin la clé (une victoire en cinq sets), le futur vainqueur du tournoi s’est libéré. Ce n’était certes pas sa plus prestigieuse victoire de cet US Open 2014 pour lui, mais c’était peut-être la plus essentielle.

US Open

Pliskova remporte le cinquième quart-temps à Flushing Meadows

IL Y A 27 MINUTES

La physique change tout

Caroline Garcia est encore très loin d’avoir remporté l’US Open, mais son Gilles Simon s’appelait Alison Riske-Amritraj, et en battant l’Américaine dimanche (6-4, 6-1) en huitièmes de finale (genre, hey. ..), elle a survécu à un match qui n’a pas dû être simple à gérer, en amont comme dans le feu de l’action. Nous nous sommes également sentis plus nerveux que d’habitude lors du premier set. Surmonter cet obstacle en dit long sur qui elle est en ce moment. Aux yeux du grand public, Riske n’est pas Swiatek, Sakkari, Kvitova, Sabalenka ou Raducanu, tous battus par la Française ces dernières semaines, mais Garcia le savait.

Garcia : « J’ai beaucoup progressé ces deux derniers mois »

C’était un match super important, je ne l’avais jamais battue par le passé», a-t-elle rappelé au micro d’Alex Corretja sur Eurosport en quittant le court Louis-Armstrong dimanche soir. Leur dernier duel remontait au début de l’été, à Nottingham et Garcia avait perdu en deux sets.Mais je l’avais joué sur gazon, c’est vraiment une surface qui colle bien à son jeu avec ses changements de direction. Ensuite, physiquement, je me sens beaucoup mieux ces dernières semaines que la dernière fois que j’y ai joué.», juge-t-elle.

C’était il y a trois mois et cela semble appartenir à une autre époque. Aujourd’hui, tout tourne à plein régime chez Caroline Garcia. La tête, le bras et, en effet, les jambes. “J’essaie de jouer le plus tôt possible en prenant du temps à mes adversaires. C’est quelque chose que j’ai eu du mal à faire (en début de saison) car physiquement, j’avais trop de problèmes, je ne pouvais pas m’entraîner dans ces conditions. J’avais mal, on a mis du temps à soigner ces pépins“, a expliqué “Flying Caro” dans une interview accordée à Camille Pin après sa qualification pour les quarts de finale.

Caroline Garcia, poing fermé, s’impose face à Riske-Amritra

Crédit : Getty Images

La ligne est toute tracée

Maintenant, elle peut mettre en place ce qu’elle avait en tête, car le corps répond. “C’est beaucoup mieux, on a bien travaillé en dehors du court, je me sens beaucoup plus dynamique sur mes jambeselle croit. Ça me permet d’être beaucoup plus réactif et d’être agressif sans taper fort tout le temps, même si ça s’en sort plutôt bien. Nous avons enfin pu travailler dans la direction que nous voulions prendre en priorisant ce qui était important pour moi..”

Ce match contre Riske, les Garcia avant l’été 2022 l’auraient très probablement perdu. Pour elle, il s’agissait d’autre chose que du tennis. Il y avait beaucoup de choses à comprendre. “Aujourd’hui, nous avons dû faire face à deux ou trois petites choses différentes de d’habitudeconfirme le Français. Premièrement, ce court (le Louis-Armstrong, ndlr) est très, très bruyant. Il y a une sorte de brouhaha permanent difficile à gérer au début.” Mais le plus important dans l’équation était cette incompatibilité entre son jeu et celui d’Alison Riske qui la rendait plus nerveuse que lors de ses tours précédents.

Il lui a fallu un set pour se débarrasser de cette tension. “Il y avait plus d’émotions, plus de stress”, avoue Garcia, avant de pointer sa solidité du moment : “Forcément, avec les derniers matchs, j’arrive à rester calme et ça m’aide. Je me suis vraiment concentré point par point et petit à petit j’ai réussi à me libérer et à jouer un bien meilleur tennis dans le deuxième set. J’ai essayé d’être agressif, de ne pas la laisser mettre son jeu en place, d’être clair dans la direction que je devais prendre. Même quand il y a des tensions, quand ça ne marche pas, le bras va moins bien.”

C’est ce qu’on appelle des certitudes. Caroline Garcia sait où elle veut aller et, plus important encore, elle a tracé le chemin dans sa tête. Il peut y avoir des obstacles, ils peuvent la ralentir, mais la direction est claire. “La ligne est toute tracéeelle a soufflé sur Eurosport dimanche. Après, il y a toujours des aléas qui t’empêchent de le suivre aussi facilement que ça, mais ça me vide la tête. « Cette clarté d’esprit est ce qui la rend optimiste, à court terme dans cet US Open mais aussi à plus long terme. C’est elle qui lui permet de réciter son tennis, celle qui, pour tout un tas de raisons, avait resté dans l’ombre pendant quatre ans.

Caroline Garcia est complètement en train de planer à New York.

1 crédit

US Open

“Avec sa forme physique, Caroline Garcia peut viser la victoire en simple comme en double !”

IL Y A 2 HEURES

US Open

Tiafoe a tout donné contre Nadal : “Je n’arrive pas à y croire, ce sera une journée incroyable !”

IL Y A 2 HEURES

Leave a Reply

Your email address will not be published.