Au moins 53 personnes se sont noyées dans un naufrage au large de la Syrie

Le ministre libanais des Transports, Ali Hami, a déclaré vendredi 23 septembre qu’au moins 53 migrants se sont noyés au large des côtes syriennes après le naufrage d’un bateau en provenance du Liban.

Le ministre a ajouté que plus de 100 personnes, pour la plupart des Libanais et des Syriens, se trouvaient à bord du petit bateau qui a chaviré jeudi au large de la ville côtière de Tartous, ce qui signifie que des dizaines sont toujours portées disparues. Et un rapport antérieur, jeudi soir, faisait état de 34 personnes tuées.

Selon les rescapés, le bateau a quitté le port de Minya [distant d’une cinquantaine de kilomètres de Tartous]Au nord du Liban il y a quelques jours »Le directeur général des ports syriens, Samer Kubrasli, l’a indiqué jeudi dans un communiqué publié par le ministère des Transports. “La plupart des victimes reçoivent une assistance en oxygène et certaines ont été transférées en soins intensifs”La même source a ajouté, confirmant que tous les soignants de la zone ont été mobilisés.

Lire aussi : Cet article est réservé à nos abonnés Au Liban, discours politique contre les réfugiés syriens

Vive la fureur à la campagne

En raison de la grave crise économique dans laquelle se noie le Liban, des réfugiés syriens, palestiniens et libanais ont tenté ces derniers mois de traverser la mer Méditerranée dans des embarcations de fortune vers des pays européens, notamment l’île de Chypre, située à 175 kilomètres du Liban. côte.

En avril, le naufrage d’un bateau de migrants surchargé, qui était poursuivi par la marine libanaise au large de Tripoli (nord), avait fait six morts et provoqué une grande colère dans le pays. Selon les Nations unies, au moins trente-huit bateaux avec plus de 1 500 personnes à bord ont illégalement quitté ou tenté de quitter le Liban par la mer depuis 2020.

Le 13 septembre, les garde-côtes turcs ont annoncé la mort de six migrants, dont deux nourrissons, et secouru soixante-treize personnes tentant de rejoindre l’Europe, au large de la province de Mugla (sud-ouest). Il n’a pas immédiatement mentionné leur nationalité, mais ils auraient quitté le port libanais de Tripoli pour tenter de rejoindre l’Italie, ont rapporté les garde-côtes, citant des personnes secourues.

Lire aussi : Cet article est réservé à nos abonnés En Tunisie, « le départ clandestin est désormais une entreprise supposée collective ».

Le monde avec l’AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published.