Au moins cinquante morts dans des manifestations étouffées, selon l’ONG iranienne des droits de l’homme

Au moins 50 personnes ont été tuées en Iran depuis le début des manifestations pour protester contre la mort d’une femme en garde à vue, a-t-on appris. Bilan de l’ONG iranienne des droits de l’hommeCommuniqué de presse, vendredi 23 septembre. L’organisation basée à Oslo avait fait état, jeudi, d’un budget de pas moins de trente et un morts, alors que les autorités iraniennes ont reconnu la mort de dix-sept personnes – tout en niant toute implication des forces de sécurité.

Lire aussi : Cet article est réservé à nos abonnés En Iran, la répression est à huis clos : le corps et le visage de ma cousine sont meurtris mais elle refuse de dire

La mort de Mahsa Amini, 22 ans, a suscité une vive condamnation dans le monde entier alors que les ONG internationales ont dénoncé la répression. ” cruel “ Des protestations et que le président iranien a promis d’ouvrir une enquête.

La jeune femme, d’origine kurde, a été arrêtée le 13 septembre à Téhéran pour avoir commis des crimes “Porter des vêtements inappropriés” Par la police adjointe, une unité chargée de faire respecter le code vestimentaire strict en République islamique d’Iran, où les femmes doivent se couvrir les cheveux et ne sont pas autorisées à porter des manteaux courts au-dessus du genou, des pantalons skinny ou des jeans déchirés. Elle est décédée le 16 septembre à l’hôpital. Des militants ont déclaré qu’elle avait été tuée d’une balle dans la tête, mais les responsables iraniens ont démenti et annoncé une enquête.

Contre-marche à Téhéran

Les manifestations ont commencé immédiatement après l’annonce de sa mort. Depuis, ils se sont répandus dans une quinzaine de villes, jusqu’à Qom, au sud-ouest de Téhéran, qui est une ville très religieuse et conservatrice.

En réponse, un contre-rassemblement a éclaté le vendredi 23 septembre à Téhéran, à l’invitation du Conseil islamique de coordination du développement. Devant l’université, à une centaine de mètres de la rue Hijab (“écharpe” en persan), où se rassemblent chaque soir des opposants à la police des mœurs, des partisans du port obligatoire du voile ont fait entendre leur voix en agitant le drapeau et les banderoles iraniennes. . Du soutien et des remerciements aux forces de l’ordre.

Le monde avec l’AFP

Leave a Reply

Your email address will not be published.