CAC 40 : aucune raison d’envisager un changement de tendance – 23/09/2022 à 08:33

Le Palais Brongniart, ancien siège de la Bourse de Paris. (crédit photo : / L. Grassin)

(CercleFinance.com) – La Bourse de Paris est attendue sans grand changement vendredi en début de séance qui sera principalement dominée par la publication des dernières enquêtes PMI sur l’activité du secteur privé en Europe.

Vers 8h15, le contrat ‘futures’ sur l’indice CAC 40 – livraison octobre – progressait de 25,5 points à 5946,5 points, laissant présager un timide rebond après la correction des derniers jours.

La place parisienne a terminé la séance d’hier sur un recul de 1,9%, à 5918 points, dans un contexte de repli général suite aux propos offensants tenus par la Fed mercredi soir.

A ce stade de la semaine, le CAC affiche une baisse hebdomadaire de l’ordre de 2,6% et les indicateurs techniques restent pour l’instant trop faibles pour prévoir un mouvement fondamental positif, préviennent les chartistes.

Selon les analystes, la cassure des 5980 points pourrait même préfigurer une rechute sur le plancher des 5795/5800 points, susceptible d’entraîner à son tour un retracement du plus bas annuel de 5750 points, qui agit comme une “force d’attraction” à utiliser les mots des équipes de Kiplink Finance.

A New York, les marchés actions américains ont de nouveau terminé dans le rouge jeudi après une séance au cours de laquelle les investisseurs ont pu constater que l’inflation restait une source d’inquiétude majeure pour la Réserve fédérale, au risque d’entraîner l’économie en récession.

L’inflation, qui tarde à se normaliser, continue donc d’inquiéter les décideurs de la Fed, qui pousse le billet vert à environ 0,98 contre euro.

Les interrogations autour de l’action de la banque centrale américaine ont également soutenu les rendements des Treasuries, celui du papier à 10 ans évoluant désormais à des sommets depuis la crise financière, à plus de 3,70%.

Dans ces conditions, les investisseurs doivent veiller à ne pas prendre trop de risques en attendant la publication, dans la matinée, des derniers indices PMI européens.

Avec la flambée des prix de l’énergie, la hausse rapide des taux d’intérêt et le ralentissement de la croissance mondiale, le PMI composite de la zone euro est repassé sous les 50 points en août.

Pour les économistes d’Oddo BHF, cet indicateur clé de l’activité “a toutes les raisons de s’affaiblir davantage” en septembre.

“Le scénario de base reste la récession”, prévient la banque privée dans une récente note de recherche.

La journée sera également marquée par la publication du PMI américain, qui devrait également s’enfoncer un peu plus dans une zone dangereuse, confirmant à nouveau la réalité de la menace récessive outre-Atlantique.

Leave a Reply

Your email address will not be published.