Comment bien gérer son argent quand on est étudiant en colocation

Près de six étudiants sur dix déclarent payer un loyer, selon l’Observatoire de la vie étudiante 2020. Hors résidences collectives, le montant moyen est de 552 euros par mois, mais varie fortement selon les territoires, cette moyenne atteignant 799 euros pour Paris, selon cette même enquête.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés La rentrée très chère pour les étudiants : “Une petite sortie peut alourdir tout le budget prévu pour le mois”

Parmi les solutions pour dépenser moins : partager un appartement à deux, trois, quatre voire cinq personnes, afin de mutualiser les charges. « Vivre en colocation permet d’économiser en moyenne 20% sur son loyer par rapport à la location d’un studio seul », raconte William Vieillard, directeur général du site Immojeune, spécialisé dans le logement étudiant. Mais la vie associative ne s’improvise pas, notamment financièrement.

Choisissez judicieusement votre bail

L’idéal est de signer un bail individuel liant le colocataire au propriétaire, sans lien avec les autres habitants de l’appartement. Cela permet de rejoindre une colocation existante, lorsqu’une chambre se libère, et de la quitter à volonté en respectant le préavis (un mois pour une location meublée).

A l’inverse, la signature d’un bail unique liant tous les locataires au bailleur augmente les contraintes. « Les colocataires doivent se synchroniser pour la signature et la résiliation du bail. C’est possible quand il s’agit d’amis inscrits dans la même école par exemple, mais ce n’est pas l’idéal », précise Arnaud Hacquart, président de la plateforme de location Imodirect. Car le bail unique a aussi un inconvénient majeur : les colocataires sont solidairement responsables du paiement du loyer.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Prêts étudiants : les taux zéro ont quasiment disparu mais les conditions restent bonnes

Autrement dit, Maxime et Lou sont redevables du loyer d’Inès si elle ne paie pas sa part… “Chaque colocataire présente un garant, mais la clause de solidarité signifie que le propriétaire peut réclamer aux parents à titre de caution de l’un l’impayé de l’autre”rappelle M. Vieillard qui précise que, chez Immojeune, 80 % des colocations proposées sont en location individuelle.

Quel que soit le type de bail, le contrat prévoit généralement une charge fixe de quelques dizaines d’euros par mois et par personne comprenant l’eau, l’électricité et l’accès à Internet.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Les jeunes, des épargnants presque comme les autres ?

A noter qu’il est possible, dans le cadre d’une colocation, de bénéficier de la garantie Visale du groupe Action Logement (qui permet d’obtenir gratuitement un garant), mais aussi de toutes les aides au logement habituelles, dont la Avance Loca-Pass pour les boursiers (pour financer le dépôt de garantie).

Souscrire une assurance habitation

L’assurance multirisque habitation reste bien entendu obligatoire, même en colocation. Dans le cas d’un bail individuel, chaque colocataire souscrit son propre contrat, dans lequel sont précisés la surface totale du bien et le nombre de colocataires.

Il vous reste 50,93% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Leave a Reply

Your email address will not be published.