Dans quel pays se trouve l’armée russe après huit mois de combats ?

Nicolas Tonev
modifié en

09:54, 23 septembre 2022

300 000. C’est le chiffre annoncé par Vladimir Poutine, mercredi, qui veut recruter des soldats supplémentaires dans l’armée russe pour aider ses forces à vaincre les forces ukrainiennes sur le terrain. Depuis cette annonce, 10 000 réservistes se sont portés volontaires pour rejoindre l’armée dans les 24 heures. Plusieurs médias ont assuré que nombre d’entre eux avaient en fait été recrutés de force sans aucune convocation.

Armée mal préparée

En tout cas, cette aide de militaires est la bienvenue pour l’armée russe. Mais dans l’ensemble, cette armée ressemble à une sorte de tout qui ne fonctionne pas du tout. Nous avons affaire à quelques professionnels distingués dans leur domaine, entourés de milliers d’hommes mal formés, au leadership problématique hérité de l’ère soviétique.

Par exemple, il y a très peu de sous-officiers dans l’armée russe, ce qui signifie que les officiers sont en première ligne en Ukraine. Ils y sont tués et la perte de compétences qui en résulte est dramatique à long terme. L’organisation russe s’appuie sur des bataillons tactiques qui combinent artillerie, infanterie et antiaérienne, ce qui nécessite des commandants hautement compétents.

Faiblesse révélée par la durée des combats en Ukraine. Ce montage hâtif d’unités militaires ressemble vraiment à un bricolage. Dans l’armée russe, la pratique de la Dedovshchina – une forme d’hostilité extrêmement violente – est particulièrement répandue. Cette pratique détourne les meilleurs soldats mobilisables.

matériel militaire obsolète

Sur le plan matériel, la Russie n’est pas au mieux de sa forme, et c’est l’une des révélations de ce conflit. L’armée russe est restée très soviétique malgré les investissements massifs annoncés ces dernières années. Le dernier char par exemple, le T-14 a été produit en seulement une vingtaine d’exemplaires. Les usines qui devaient les fabriquer ferment leurs portes faute de composants électroniques.

Il en va de même pour les missiles modernes. Ils sont si peu nombreux que les Russes ont fait venir des appareils qui ont été déclassifiés il y a quinze ans. Dès lors, l’armée russe aligne des chars, transporte des troupes, et des canons par milliers, mais cet équipement ancien est très faible et correspond surtout à une époque où les généraux pouvaient sacrifier machines et hommes sans compter, ce qui n’est plus possible aujourd’hui.

Leave a Reply

Your email address will not be published.