Disparition de Delphine Jubular : qu’est-ce que le “net monitoring”, cette technique innovante qui relance complètement l’enquête ?

Une technique qui a notamment permis d’établir que son téléphone n’avait jamais quitté le domicile conjugal, contrairement à ce que prétend son mari.

L’Cas jubilaire est-elle à un tournant ? Disparu dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020, le mystère entourant Delphine, infirmière et mère de deux enfants, navigue dans un brouillard total. Et si les preuves accablantes manquent cruellement aux enquêteurs, la justice a pointé du doigt le suspect principal : fils mari, Cédric Jubillar. Mis en examen le 18 juin 2021, cet artisan plâtrier a été incarcéré dans la foulée de la maison d’arrêt de Seysses, près de Toulouse. Depuis, toutes ses demandes de Libération ont échoué.

A lire aussi :
Disparition de Delphine Jubular : nouvelle preuve ajoutée au dossier, Cédric Jubular va devoir s’expliquer

Au plus tard : ce jeudi. Un refus doublé d’une nouvelle convocation devant les juges chargés de l’enquête ce vendredi. En effet, une nouvelle expertise s’est récemment ajoutée au dossier. Selon les conclusions, le Le téléphone de Delphine serait toujours resté au domicile du couple. Une affirmation qui met à mal la thèse de Cédric Jubillar selon laquelle Delphine serait sortie promener son chien, emmenant avec elle son mobile, un Huawei P30 Pro.

Pour arriver à de telles affirmations, les enquêteurs ont utilisé une technique novatrice dans les enquêtes policières : la “surveillance du réseau”.

informaticiens

En effet, dans une première expertise, les gendarmes avaient établi que le téléphone avait été limité dans un rayon de 2 km autour du domicile. Mais pour pousser plus loin les investigations, ils ont fait appel à informaticiens afin d’effectuer… “net monitoring”. Autrement dit “une analyse approfondie de la couverture des relais téléphoniques sur une zone donnée”, selon RTL. Afin de détecter l’activité sur les réseaux célèbres, notamment “la connexion entre la cellule de l’antenne relais la plus proche et l’appareil”résume 20 minutes.

“Ils ont sélectionné avec un expert huit points dans Cagnac les Mines et seulement deux, rue Yves Montand au niveau de la maison Jubillar, sont compatibles avec les cellules activées sur les treize relais téléphoniques du secteur dans la nuit du 15 au 16 décembre 2020., poursuit RTL. Des experts qui alertent néanmoins sur la justesse de leurs résultats, notamment à cause de l’architecture du réseau, différente depuis 2020.

Une technique novatrice mais qui a été très contestée par les avocats de la défense, qui n’ont pas pu empêcher leur client de devoir à nouveau s’expliquer ce vendredi.

Leave a Reply

Your email address will not be published.