Et si vous vous offriez un petit bout d’A380 ?

Vous avez toujours rêvé d’avoir une combinaison de pilote orange, un peu comme celle de Bruce Willis dans Armageddon ? Un hublot et des sièges cabine pour reconstituer les scènes mythiques de Y a-t-il un pilote dans l’avion ? Vos rêves peuvent devenir réalité en achetant l’un des 380 lots d’A380 mis en vente lors des ventes aux enchères organisées par Airbus les 13, 14 et 15 octobre à Toulouse et sur Internet.

Après la vente des pièces du Concorde, l’avionneur européen a décidé de se séparer de plusieurs pièces de son A380 MSN13, un avion entré en service en 2008 et qui pouvait transporter jusqu’à 489 passagers. Il a été déconstruit en 2021 par la société Tarmac Aerosave, qui parvient à recycler jusqu’à 90 % de l’appareil. Et cette enchère devrait permettre de donner une seconde vie originale à ces pièces de fuselage, de cône de queue de moteur ou encore de mini-manches de cockpit.

Du grille-pain au siège de toilette sont à vendre

Si les fans du superjumbo d’Airbus, dont la production s’est arrêtée l’an dernier, vont se ruer sur les pièces aéronautiques, les fans de pièces d’origine ne seront pas en reste. Pourquoi ne pas acheter un grille-pain extraordinaire, estimé entre 400 et 600 euros ? On retrouve pêle-mêle dans les lots un lit parapluie, une hache de secours (qui, on l’espère, n’a jamais fonctionné) ou encore un siège de toilette, à la forme singulière. Du stylo qui pourrait trouver preneur à 50 euros au bar de la cabine business dont la vente est estimée entre 20 000 et 30 000 euros, il y en a pour toutes les bourses.

Si les pièces sont standards de l’A380, certaines sont uniques puisqu’elles ont été peintes par des graffeurs, comme ces chariots destinés au repos sur lesquels les artistes Xerou et Sport ont redessiné avec des bombes époxy. Les chutes de matière première utilisées pour fabriquer l’A380 ont même été utilisées pour fabriquer des planches à roulettes, des planches de surf ou des longboards.

Il y a quelques années, une vente de pièces Concorde avait rapporté plus de 3,2 millions d’euros. Les bénéfices de celle-ci seront gérés par la Fondation Airbus et l’association AIRitage, qui oeuvrent dans des missions humanitaires mais aussi de sauvegarde du patrimoine aéronautique.

Leave a Reply

Your email address will not be published.