L’Autorité palestinienne est prise au piège de l’oppression

Naplouse est en rébellion. A la tombée de la nuit, mardi 20 septembre, des scènes de guérilla sans précédent enflamment la grande ville du nord de la Cisjordanie. Les Palestiniens font face aux Palestiniens avec un feu nourri. Depuis le début de cet après-midi, des jeunes hommes ont ouvert le feu à l’entrée Est de la Vieille Ville, contre les forces de sécurité de l’Autorité Palestinienne. Au loin, des centaines d’habitants se sont rassemblés à l’autre bout de la place des Martyrs, qui s’ouvre sur un marché et un labyrinthe de pierres anciennes, fixant les policiers masqués.

une grève générale. Tous les marchands ont baissé leurs rideaux de fer. Des jeunes garçons armés de cailloux tournent dans une ruelle voisine. Une voiture blindée appartenant à l’Autorité Palestinienne les disperse et fait retentir les sirènes. Des policiers soulèvent un adolescent crasseux par les épaules. Donner un coup de pied en l’air sans toucher le sol. A une centaine de mètres, un feu de pneu s’est déclaré, bloquant l’artère commerciale du centre-ville. D’autres barrages sauvages se reproduisent le soir aux carrefours secondaires, sur les flancs des collines escarpées. A ces hauteurs, aucun policier n’est en vue. Il a été martyrisé la veille, Firas Yaish, 53 ans, une victime inconnue par balle selon son frère.

“Arrestation inacceptable”

Des manifestants réclament depuis lundi la libération d’un jeune dirigeant local du mouvement islamiste Hamas, rival au pouvoir du Fatah. Et les forces palestiniennes ont arrêté, recherché par Israël, Musab Shtayyeh. L’Autorité Palestinienne arrête ses opposants, d’accord. Nous savons que nous pouvons être emprisonnés pour une publication sur Facebook. Mais Mosab Shtayyeh, un nationaliste, pointe son arme sur Israël. Son arrestation est inacceptable.”Et le résume, sur la place des Martyrs, Jihad al-Hindi, 28 ans, qui coordonne les activités du centre de recherche Bisan avec diverses associations locales.

Lire aussi : Cet article est réservé à nos abonnés En l’absence d’horizon politique, la jeunesse palestinienne revient à la lutte armée contre Israël

Ces jeunes hommes hésitent. Certains voudraient marcher vers le quartier général de la Sécurité préventive, la police politique de l’Autorité palestinienne, au cœur de l’enceinte fortifiée du gouverneur du gouvernorat. D’autres soupçonnent que Musab Shtayyeh a en fait été transféré très loin à Jéricho. Dans la vallée du Jourdain, il est « l’invité » de la sécurité préventive au tristement célèbre centre de détention du Joint Operations Committee.

La torture, une pratique « systématique »

Les Palestiniens appellent cette prison « Al-Maslakh ». Il fait partie d’un réseau de lieux de détention tenus à Jéricho par la police, la sécurité préventive, le renseignement intérieur et militaire. Cette ville antique, célèbre pour ses stations d’hiver, ses piscines et son air frais, est aussi une matrice des forces de sécurité palestiniennes. Ici, le père fondateur Yasser Arafat (1929-2014) l’a introduit pour la première fois en Cisjordanie après les accords de paix d’Oslo de 1994.

Il vous reste 77,47% de cet article à lire. Ce qui suit est réservé aux abonnés.

Leave a Reply

Your email address will not be published.