les départements les plus touchés par la huitième vague

La huitième vague de Covid-19 se dessine et le taux d’incidence augmente partout en France métropolitaine, même si un clivage est observé entre le Nord et le Sud.

A chaque retour, sa vague. Les contaminations au Covid-19 augmentent à nouveau en France, amorçant le huitième épisode de l’épidémie à la fin de l’été. Et pour preuve : le taux d’incidence flambe dans tous les départements métropolitains.

308 habitants sur 100 000 ont contracté le virus dans les sept jours qui ont précédé le 19 septembre. C’est presque deux fois plus que le 5 septembre. Au micro de RTL ce vendredi matin, le porte-parole du gouvernement Olivier Véran confirme : “C’est reparti depuis 15 jours “.

La reprise très nette de l’activité de dépistage illustre aussi parfaitement ce rebond épidémique, puisque la barre symbolique du million de tests PCR et antigènes a été franchie entre le 12 et le 18 septembre, selon la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees).

Le Nord plus touché que le Sud

Cependant, la situation diffère selon les territoires de France. Dans 76 départements, le taux d’incidence oscille entre 250 et 500. Mais le pire concerne les Ardennes : là-bas, 589 malades sur 100 000 habitants ont été recensés ces sept derniers jours. Dans un département voisin, la Meuse, la valeur de l’indicateur est plus faible (446), mais l’incidence a explosé par rapport à la semaine dernière (+128%).

Au contraire, les départements du sud sont moins touchés par le début de cette huitième vague. Le taux d’incidence est inférieur à 200 dans le Lot-et-Garonne et la Haute-Corse. Le virus circule aussi moins vite (+12,2 % en Lozère) que dans le Nord.

En Outre-mer, la situation se démarque pour l’instant du reste de la France. A Mayotte, le taux d’incidence est de 12. Il est de 20 en Guyane. Concernant l’évolution de la circulation virale, les voyants sont au vert dans quatre départements sur cinq, comme en témoigne la baisse du taux d’incidence.

Baisse du nombre de décès à l’hôpital

Reste maintenant à observer l’ampleur de cette vague et ses conséquences pour l’hôpital. Si le nombre d’admissions en réanimation est en hausse par rapport à la semaine dernière (+13%), les autres indicateurs hospitaliers affichent une baisse. Selon Covid-Tracker, 707 patients sont hospitalisés en réanimation pour Covid-19 (-4%) et il y a en moyenne 29 décès par jour à l’hôpital (-8%).

Mais lors des vagues précédentes, l’augmentation du nombre de cas et l’accélération de la circulation virale n’ont eu d’impact visible sur l’hôpital que deux à trois semaines plus tard. Des chiffres à prendre avec des pincettes.

Alors que 37 millions de Français ont reçu trois doses de vaccin, la Haute Autorité de Santé (HAS) vient également de donner son agrément pour l’injection de trois vaccins anti-Covid adaptés à l’Omicron. Des doses recommandées pour les personnes à risque de forme sévère et les soignants, qui seront disponibles à l’automne pour une nouvelle campagne de rappel. Et permettra, peut-être, d’écraser la vague.

Lucie Beaugé et Théophile Magoria

Leave a Reply

Your email address will not be published.