Michel Édouard Leclerc pense que l’inflation n’est pas justifiée

Alors que les services de l’État et les acteurs de la distribution ont lancé une réflexion autour du Bouclier Qualité Prix renforcé, l’un des acteurs majeurs de la distribution jette un pavé dans la mare.

Interrogé cette semaine par nos confrères du site BRUT, Michel Edouard Leclerc, président de l’Association des centres distributeurs E. Leclerc, pense en effet qu’on nous ment.

L’inflation est mondiale, mais les taux ne sont pas justifiés. Il y a beaucoup de spéculations, d’anticipations, et quand on invoque la guerre en Ukraine pour justifier l’augmentation du chocolat ou du café, c’est une pipe. C’est même impoli. Ces derniers temps, l’huile de tournesol aurait disparu sous prétexte que la récolte n’a pas eu lieu en Ukraine, alors que si vous allez sur le compte Twitter de Lesieur, ils prétendent que leurs graines sont françaises.

En effet, nous évoquions récemment l’absence de certains produits dans les rayons (moutarde, huile et autres produits de première nécessité). Le patron des centres E. Leclerc dénonce les méthodes des industriels pour provoquer ces pénuries.

Ce sont parfois des ruptures provoquées par des négociations, des fournisseurs qui ne veulent plus livrer car ce n’est pas assez bien payé. Et il y a une financiarisation du marché des matières premières. Certains joueurs mettent de l’argent pour faire des hits, achètent des stocks, se retiennent, et quand les médias parlent alors de pénurie, tout le monde se précipite pour acheter gros. Lles décideurs publics parlent beaucoup de compenser les effets de l’inflation mais ne nous arment pas contre ce fléau.

Leave a Reply

Your email address will not be published.