plusieurs entendent se pourvoir en cassation

La juridiction a également été saisie par deux autres anciens joueurs isérois, Chris Farrell et Dylan Hayes, soupçonnés d’avoir été témoins de scènes et de n’avoir rien fait pour y mettre fin. Mis en examen en 2021 pour “non-prévention de la délinquance”, ils avaient fait appel. La chambre de l’instruction a estimé que les charges retenues contre eux étaient suffisantes et a ordonné leur mise en examen devant les assises de la Gironde pour cette infraction connexe.

« C’est une décision très positive, à laquelle nous nous attendions. Le jugement est très motivé », réagit Me Anne Cadiot-Feidt, l’avocate de la jeune femme. Mais c’est une décision qui devrait bientôt être attaquée par les avocats des rugbymen.

Plusieurs d’entre eux ont annoncé leur volonté de se pourvoir devant la Cour de cassation (1). Comme Me Arnaud Lucien, défenseur de Dylan Hayes. « Mon client nie fermement avoir été témoin d’un viol ou, si le viol a été reconnu, en avoir eu connaissance. Il continuera à se battre pour affirmer son innocence », insiste-t-il. « Dans ce cas, nous avons l’impression de procéder par simplification, sans examiner nos arguments. Le climat actuel n’est pas propice à les écouter », explique Mme.e Caroline Dreyfus-Schmidt, l’avocate de Denis Coulson.

très alcoolisé

L’affaire éclate le 12 mars 2017. Effondrée, l’étudiante porte plainte, indiquant avoir été violée par des rugbymen de Grenoble, dans la nuit, dans leur hôtel, à Mérignac. La jeune femme les a rencontrés dans un bar du centre de Bordeaux où elle prenait un verre entre amis et où les joueurs se détendaient après leur match. Les deux groupes sympathisent, vont à la discothèque. Tout le monde boit, danse, s’amuse. Vers 4 heures du matin, les joueurs regagnent leur hôtel. L’étudiante et une de ses amies les accompagnent.

L’enquête a montré que la jeune femme était dans un état d’ébriété très avancé à ce moment-là. Les experts évaluent son taux d’alcoolémie entre 2 et 3 grammes. Lorsqu’elle est arrivée à l’hôtel, des caméras de surveillance l’ont filmée, à peine debout, Denis Coulson la soutenant avant de la conduire dans sa chambre. “Elle semblait abasourdie”, a témoigné un agent de sécurité lors de l’enquête.

Dans ces conditions, l’élève était-il capable de consentir à des relations sexuelles ? Avec plusieurs hommes, l’utilisation d’objets, tout en étant filmée, révélée par les enquêtes ? Dès le départ, la plaignante affirme n’avoir eu aucun souvenir entre le moment où elle a quitté la boîte de nuit et le moment où elle s’est réveillée, vers 7 heures du matin, nue dans une chambre, au milieu des rugbymen. Denis Coulson, Rory Grice et Loïck Jammes ont reconnu avoir eu des rapports sexuels avec elle, consentis selon eux.

(1) Contactés, tous les avocats de la défense n’ont pas répondu.

Leave a Reply

Your email address will not be published.