“Pourquoi l’offensive des islamistes pour déstabiliser l’école est le résultat de 30 ans de lâcheté”

“Depuis les années 1990, les politiques, malgré les lanceurs d’alerte, n’ont pas agi alors qu’ils disposaient de leviers puissants.” FRÉDÉRIC FLORIN / AFP

FIGAROVOX/TRIBUNE – L’hebdomadaire L’Express vient de révéler l’existence d’une note des services de l’Etat évoquant une mobilisation de la sphère islamiste sur les réseaux sociaux, ciblant la laïcité à l’école. Barbara Lefebvre y voit une conséquence logique de l’inaction de l’État à combattre les tenants de cette idéologie.

Barbara Lefebvre, enseignante et essayiste, est l’auteur de Génération j’ai le droit (éd. Albin Michel, 2018).


Désespéré. Voilà le seul mot qui convient pour commenter avec virulence la note de service du CIPDR (Comité interministériel de prévention de la délinquance et de la radicalisation) transmise en interne le 27 août et qui vient de “fuiter” dans l’hebdomadaire. L’Express . Elle fait état d’une énième offensive des mouvements Frères et salafistes pour déstabiliser les écoles publiques en incitant les élèves, via les réseaux sociaux tels que TikTok et Twitter, à porter des vêtements religieux (hijab en classe ou lors des sorties scolaires, burkini dans les cours de natation) ou à imposer une certain nombre de pratiques religieuses au sein des établissements scolaires (prières, jeûne collectif, chantage à l’égard des élèves musulmans « non conformes »). Certains médias s’affolent, titrant par exemple avec une fausse naïveté : « École : la laïcité en danger ?comme si la réponse…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 90% à découvrir.

La liberté c’est aussi aller au bout d’un débat.

Continuez à lire votre article pour 0,99 € le premier mois

Déjà inscrit? Connexion

Leave a Reply

Your email address will not be published.