Sud de Toulouse : 53 chiens découverts détenus dans des conditions effroyables

l’essentiel
Un habitant de Beaumont-sur-Lèze au sud de Toulouse a été placé en garde à vue mercredi. Chez lui, des dizaines de chiens ont été maltraités.

Laissés à eux-mêmes dans des conditions épouvantables. Pas moins de cinquante-trois chiens viennent d’être enlevés à leur propriétaire, un habitant de Beaumont-sur-Lèze, une commune au sud de Toulouse. Mercredi, munis d’une autorisation légale, les services vétérinaires de la direction départementale des populations et la gendarmerie se sont rendus chez cet homme connu pour détenir de nombreux canidés.
A leur arrivée, ils ont constaté “la présence de 53 chiens dont sept chiots, détenus dans des conditions indignes”, précise, dans un communiqué, le procureur de la République Samuel Vuelta-Simon.

Les chiens étaient dans un enclos, un préfabriqué ou encore des caravanes.
RD – RD

Vingt et un chiens étaient dans un enclos, deux étaient enchaînés, six étaient dans un camion, six autres dans un préfabriqué et six dans des caravanes. Les autres erraient sur le sol. L’homme a été interpellé et placé en garde à vue pour avoir abandonné un animal au vu du manque de soins adaptés à ses besoins tels que la nourriture.

Placé au SPA

Il avait pourtant été largement averti. Un premier contrôle avait été effectué à son domicile fin 2021. Déjà, il était en possession de plusieurs dizaines de chiens détenus “dans des conditions ne leur permettant pas de subvenir à leurs besoins primaires”. Il avait été mis en demeure de réduire le nombre d’animaux à neuf. Les gendarmes de la communauté de brigades de Carbonne avaient été saisis du dossier par le parquet. Entendu à l’époque pour ces mauvais traitements, il avait promis de “respecter la réglementation”.
Mercredi, les 53 animaux ont été placés à la SPA. Présenté jeudi devant le procureur de la République, leur propriétaire a été condamné à 10 mois de prison avec sursis et interdiction de détenir un animal pendant 12 mois. En cas de maltraitance animale, la peine peut aller jusqu’à 3 ans de prison et 45 000 € d’amende.

Leave a Reply

Your email address will not be published.