Une association de consommateurs dénonce la présence excessive de plastique dans les emballages alimentaires

Dans une vaste enquête, la CLCV a répertorié les emballages de plus de 250 produits alimentaires et critiqué la présence excessive de plastique par rapport à la quantité de nourriture.

La sonnette d’alarme sonne. Alors que la loi anti-gaspillage, votée en 2020, fixe des objectifs de réduction des emballages – et notamment de limitation de la présence de plastique – autour des produits alimentaires, l’association de consommateurs CLCV (consommation, logement, cadre de vie) a entrepris une vaste enquête auprès de 252 produits dans neuf marques entre février et mi-mai 2022. Première leçon, certains emballages sont trop gros par rapport à la quantité d’aliments. En d’autres termes, ces packages contiennent trop d’espace vide. Certaines céréales, graines, fruits secs, plusieurs biscuits, acras ou encore plusieurs marques de charcuterie sont visés par cette étude. Plusieurs paquets de bacon, de granola ou même d’amandes contiendraient jusqu’à 55 % de vide. La CLCV démontre même ses données par des images de l’espace vide des produits alimentaires.

De plus, de nombreux produits seraient entourés d’emballages “inutile», selon la CLCV : “Film plastique autour des canettes de thé, de chocolats ou de légumes, manchon en carton autour des yaourts, des compotes ou des pizzas“. Les salades Daunat ou Sodebo, les pizzas Super U, les compotes, ou certains thés sont ainsi pointés du doigt pour un contenant trop grand. Tout comme certains fromages ou certains lots de conserves”suremballé». «Depuis le 1est Janvier 2022, une large sélection de fruits et légumes doit être vendue sans emballage plastique ni étiquette dans les magasins. (…). Pourtant, en avril 2022, les fruits et légumes emballés sont encore très nombreux dans les rayons.détaille l’enquête. Ce sont par exemple des poivrons, des carottes, des légumes pour pot-au-feu, du chou chinois, du pomelo, des patates douces ou des courgettes.

«Renforcer les systèmes de tri»

Même si des alternatives sont les bienvenues comme le conditionnement dans des barquettes en carton ou des sacs en papier. L’association de consommateurs fait également quelques recommandations : “Il est possible pour le consommateur d’adopter de bonnes pratiques : privilégier les produits sans suremballage, éviter les emballages portionnés, penser au vrac et réutiliser les emballages quand c’est possible.” La CLCV indique également que certains plastiques ne sont pas recyclables. Tout en demandant “les pouvoirs publics à renforcer les dispositifs de tri dans les lieux publics pour capter les emballages nomades et à mettre en place des actions pédagogiques auprès des consommateurs pour améliorer la collecte.”

Leave a Reply

Your email address will not be published.