Willy Sagnol avait proposé Kvaratskhelia aux clubs de Ligue 1

Le poing fermé, Willy Sagnol saute de son canapé : « Bravo mon tout-petit ! » L’exclamation vient du cœur et résonne dans l’appartement haut de plafond de l’entraîneur géorgien. En cette première journée de Ligue des champions, le 7 septembre, l’ancien sélectionneur de l’équipe de France Espoirs (2013-2014) a choisi de regarder Naples-Liverpool (4-1) et le festival “Kvara”.

Sur son côté gauche, Khvicha Kvaratskhelia a tourné la tête de Trent AlexanderArnold et a laissé Joe Gomez sur les fesses à plusieurs reprises. A la fin du match, Gary Lineker, l’ancien international anglais devenu consultant star, dira : «Se défendre contre lui est aussi difficile que de dire son nom. »

“Des dirigeants (de L1) m’ont dit qu’ils ne pouvaient pas prendre le risque de recruter un Géorgien”

L’attaquant de 21 ans est la pépite géorgienne que l’entraîneur français ne cesse de peaufiner. Sur ses 17 sélections, “Kvara” – formé comme 60% de l’équipe de Sagnol au Dinamo Tbilissi – a déjà inscrit 8 buts, dont 7 avec son mentor tricolore. Il est également l’un des meilleurs buteurs de Serie A (4 buts en 7 matches). Avant de débarquer cet été à Naples pour 5 M€ (avec autant de bonus), il est passé par le FK Rustavi, le Lokomotiv Moscou, le Rubin Kazan, puis a rompu son contrat en Russie en mars à cause de la guerre en Ukraine et a terminé la saison avec le Dinamo Batoumi. , sacrés champions de Géorgie.

« ‘Kvara’ était abordable pour tous les clubs de L1. Là, seul le PSG peut se le permettre. »

Naples sentait bon. “J’en avais parlé à des clubs françaissouffle Willy Sagnol. Il n’y en a qu’un qui s’est vraiment intéressé à lui mais son directeur sportif est parti en plein mercato. D’autres managers m’ont dit qu’ils ne pouvaient pas prendre le risque de signer un Géorgien ou que ce n’était pas assez ambitieux pour leurs supporters. Un club m’a même suggéré qu’il faudrait peut-être essayer de le “sud-américaniser” ! Financièrement, “Kvara” était abordable pour tous les clubs de L1. Là, seul le PSG peut se le permettre. »

Un match de L2, un but pour Davitashvili

Le vice-champion du monde 2006 regrette que les grands championnats comme l’Italie, l’Espagne ou l’Allemagne s’intéressent à ses Géorgiens snobés par la France. Bordeaux vient pourtant de franchir le pas avec la milieu de terrain Zuriko Davitashvili (21 ans), qui a marqué dès son premier match, dans le cadre d’un prêt. Né à Lyon, passé par le centre de l’OL avant d’être prêté à Seraing (BEL) par Metz, Georges Mikautadze fait aussi partie des révélations de L2 avec les Grenats.

“Les joueurs me consultent et je leur conseille d’aller dans des clubs où ils ont une chance de jouerprécise l’ancien entraîneur bordelais. C’est gagnant-gagnant pour eux et pour notre équipe. Ils doivent partir, souvent jeunes, pour grandir. Je connais bien la L1. Je sais que beaucoup peuvent passer dans notre Championnat. Le Havre a failli signer notre défenseur Azarovi (20 ans) qui est finalement parti pour l’étoile rouge de Belgrade. Tous ces préjugés en France m’échappent. D’autres clubs européens sont moins prudents. »

Leave a Reply

Your email address will not be published.